Qui êtes-vous?

Plan Global de Déplacement (PGD)

Afin de développer le territoire de manière équilibrée et solidaire, Granville Terre et Mer souhaite renforcer son attractivité par la mise en place d’une politique de déplacement adaptée à tous et respectueuse de l’environnement.

 
Notre territoire se caractérise par des actifs installés principalement en zones périurbaines et rurales, éloignés des principaux pôles d’activités et un usage majoritaire de la voiture (plus de 85 % par rapport aux autres modes de transports). Afin d’anticiper au mieux cette problématique des déplacements sur l’ensemble du territoire, il fallait une réflexion cohérente et globale. C’est pourquoi la Communauté de Communes a élaboré dès 2015 un Plan Global de Déplacement (PGD).

Un plan stratégique pour les 10 ans à venir

Le Plan Global de Déplacement est un document de planification prévu pour 10 ans. C’est un outil de construction de notre territoire qui prend en compte l’enjeu qui attend nos collectivités : l’ambition d’assurer l’équilibre durable entre les besoins en matière de mobilité, la protection de l’environnement et la santé. Il s’inscrit dans les démarches européennes et nationales de lutte contre les changements climatiques, dans le cadre de la Loi de transition énergétique.

En concertation avec les acteurs du territoire

Tous les partenaires : communes, partenaires publics et associations locales ont été associés à la réflexion préalable. Des tables rondes ont permis de poser la question de la mobilité, notion qui englobe celle des déplacements, du stationnement, de la circulation générale, des transports en commun, des modes doux et des transports de marchandises.
Les questions ont notamment porté sur l’accessibilité, l’intermodalité (la combinaison de plusieurs modes de déplacement, notamment pour les trajets domicile-travail) ou bien encore la saisonnalité des flux de déplacements. Ainsi un diagnostic a mis en valeur les besoins de la population.

Les grandes priorités du scénario choisi

Sur la base de plusieurs propositions, un scénario a été retenu et validé en juin 2016. La priorité qui se dégage est de lutter contre l’isolement géographique, frein à l’emploi et au maintien du lien social, et donc faciliter les déplacements de tous, notamment des plus « fragiles », comme les demandeurs d’emploi, les personnes en situation de handicaps et les seniors ou les jeunes.
 
L'enjeu est également de répondre aux objectifs de développement durable avec des premières actions en faveur des mobilités douces. Un travail sera mené à plus long terme sur les trajets domicile-travail, fortement émetteurs de gaz à effet de serre.

Les premières actions

Avec un objectif de sécurisation et de maillage équilibré du territoire, les premières solutions seront les suivantes, à l’oeuvre jusqu’en 2019 :

  • Favoriser les modes de déplacements « doux » : en facilitant l’usage du vélo, dans le cadre d’un « schéma directeur vélo » en développant les pistes cyclables en déployant un axe littoral et une boucle vélo rétro-littorale, ainsi qu’un axe de vélo dans la Vallée du Boscq ; et en proposant un système de location de vélos à assistance électrique afin de promouvoir ce mode de déplacement;
  • Favoriser les transports à la demande, sur les zones péri-urbaines et rurales, et les services de location;
  • Développer une réflexion sur la mise en place de lignes touristiques durant la période estivale et de parkings relais;
  • Diversifier les réponses de transports collectifs, comme les lignes de bus manéo ou neva;
  • Accompagner les initiatives locales, notamment de covoiturage solidaire.